Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Critique Selon Moi
26 juin 2022

THE BRIAN JONESTOWN MASSACRE – Fire Doesn’t Grow On Trees (2022)

The Brian Jonestown Massacre - Fire Doesn't Grow On Trees

 

 

 

  

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Groupe Américain, actif depuis 1990, emmené par son leader Anton Newcombe, accompagné entre autres de Ricky Maymi, Collin Hegna, Joel Gion et Ryan Van Kriedt.

 

De quoi parle-t-on ? :

Rien ne change vraiment dans le rock des Américains, les sonorités psychédéliques et bruitistes des années 60 et 70 en sont toujours le fil conducteur.  

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

L’intensité rock est la marque de fabrique d’Anton Newcombe.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Les mélodies sont certes appréciables, mais le poids de la ferveur rock ajoute un bémol à la fluidité harmonique.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Ce rock cabossé d’un autre temps ne trouve plus vraiment sa place dans les tendances d’aujourd’hui.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé

La ferveur rock explose les limites imposées par le carcan de la compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter (8)

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Presque trois ans se sont écoulés entre leur dix-huitième album éponyme et ce brulant Fire Doesn’t Grow On Trees, il y a bien longtemps qu’Anton Newcombe et ses Brian Jonestown Massacre ne nous avaient laissé un tel répit.

Mais n’allez pas croire que les Américains sont en baisse de régime, un autre opus nommé The Future Is Your Past est déjà prévu pour cet automne. Ce laps de temps a semble-t-il permis de ressourcer la puissance de feu du combo de San Francisco. L’incandescent The Real lance les opérations dans le noisy-rock psychédélique cher à Anton Newcombe. La ferveur monte encore d’un cran sur le boogie-rock tonitruant d’Ineffable Mindfuck. Jouant à merveilles avec les sonorités fuzz, le californien rend un hommage vibrant à tous les héros de sa jeunesse, les Rolling Stones, les Who, le Velvet Underground ou encore le grand David Bowie. Cet héritage musical transpire des arpèges des langoureux Whats In A Name? et Wait A Minute, ou de l’intensité rock d’It’s About Being Free Really et de You Think I’m Joking?.

Rien n’arrêtera décidément la furie créatrice des Brian Jonestown Massacre, le rock graisseux et antédiluvien de Fire Doesn’t Grow On Trees est une fois encore un îlot délectable de nostalgie harmonique.

 

 

Commentaires
A propos de papasfritas69

papasfritas69







La Critique Sous-Marine

LCSM







Musique de Pub

Musique de pub

Playlist 2024
Newsletter
32 abonnés
Derniers commentaires