Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Critique Selon Moi
12 novembre 2021

IDLES – Crawler (2021)

Idles - Crawler

 

 

 

 

 

 

  

 

De qui parle-t-on ? :

Quintette anglais, actif depuis 2011, composé de Joe Talbot, Mark Bowen, Adam Devonshire, Lee Kiernan et Jon Beavis.

 

De quoi parle-t-on ? :

Le rock est toujours sans concession, mais la sauvagerie d’hier laisse la place à des harmonies plus apaisées et plus diversifiées.  

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Une baisse d’intensité et souvent de rythme, mais encore quelques moments furieux qui permettent de pratiquer le pogo.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Certains de ces nouveaux morceaux, plus mélodiques, feront le bonheur des fans lors des gigs du combo.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Une approche mélodique toujours très rock, mais plus apte à conquérir le grand public.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé

La compression n’altère pas l’efficacité rock de ce nouvel opus.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine (9)

 

Après avoir appliqué la politique de la terre brûlée sur leurs trois premiers albums, les Idles délaissent leur arsenal de destruction massive sur le plus calme Crawler.

Le combo de Bristol ne renie évidemment pas sa fureur punk-rock. L’enfer se déchaine encore sur les brûlants The Wheel, The New Sensation et Crawl!. Mais la brutalité harmonique doit aujourd’hui composer avec d’autres tendances, la langueur mélancolique de MTT 420 RR, le post-punk de When The Lights Come On et de Meds, la ballade sur The Beachland Ballroom, ou encore le crescendo tout en ligne de basse du sublime Progress. Si l’intensité rock reste de rigueur sur le single Car Crash et sur Stockholm Syndrome, le tempo furibard du passé a grandement pris du plomb dans l’aile. Même Joe Talbot, autrefois harangueur et hurleur en chef, semble avoir pris quelques cours de chant et atteint aujourd’hui une certaine forme de paix intérieure. La magie finalement opère encore, cette fois loin des champs de bataille et des pluies de bombes, sur quatorze titres aux contours mélodiques hétéroclites.  

Avec le nuancé Crawler, les Idles perdent indéniablement une partie de leur force de frappe, mais font preuve en échange d’une salutaire subtilité et ouvrent en grand les portes de leur avenir.

 

 

Rechercher un titre de Idles sur

 

Commentaires
A propos de papasfritas69

papasfritas69







La Critique Sous-Marine

LCSM







Musique de Pub

Musique de pub

Playlist 2024
Newsletter
32 abonnés
Derniers commentaires