Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Critique Selon Moi
10 novembre 2018

MUSE – Simulation Theory (2018)

 Muse - Simulation Theory

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Trio Anglais, actif depuis 1994, composé de Matthew Bellamy, Christopher Wolstenholme et Dominic Howard.

 

De quoi parle-t-on ? :

Toujours dans son style rock identifiable entre mille, Muse appuie un peu plus sur le curseur des sonorités synthétiques.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Même si les chemins pour s’en apercevoir sont parfois escarpés, Muse demeure avant tout un groupe de rock intense et enlevé.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

S’il choisit une voie un peu plus avant-gardiste, le groupe conserve malgré tout son aptitude à l’écriture de tubes rock.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Indépendamment de la qualité de ses albums, le groupe attire aujourd’hui uniquement sur son nom les faveurs du grand public.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Entre electropop et electro-rock, dans un format limpide et impressionnant de puissance qui ne souffre guère de la compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Avec un visuel futuriste dans la veine de l’affiche du film de Steven Spielberg, Ready Player One, les britanniques de Muse annoncent clairement leur désir nouveau d’exploration musicale.

Et reconnaissons l’invraisemblable! Cette approche toute synthétique redore quelque peu le blason du combo du comté de Devon et efface partiellement les errements rédhibitoires de ses précédents exercices. Algorythm, dont l’intro aurait pu accompagner les aventures digitales du film Tron mouture 2011, décrit déjà ce voyage vers l’electro-rock des temps futurs. Avec son timbre assez classique, The Dark Side ravira les fans réfractaires au moindre changement. L’on ne passe pas du jour au lendemain de presque plus rien au génie total, Simulation Theory contient aussi ses quelques moments de doutes et ses quelques ratés. La triplette Pressure, Propaganda et Break In To Me en est l’horrible illustration. Fort heureusement, la seconde partie de l’album réhausse nettement le niveau de l’ensemble. Muse retrouve certaines hauteurs musicales avec la synthpop de Something Human, le rock de Thought Contagion, l’étendard fédérateur Blockades ou encore l’étrange Dig Down.    

Après tant d’années d’égarements musicaux (mais de grande réussite commerciale…), l’heure de la rédemption n’est pas encore venue pour Muse. Mais admettons que Simulation Theory ouvre une voie nouvelle vers un semblant d’originalité et de créativité.

 

 

Commentaires
N
merci pour ce album
Répondre
D
Réécoutez break it to me et propaganda car mo aussi ils me hérissaient au début puis j'ai laissé tombé les préjugés pour les apprécier à leur juste valeur. Maintenant je les écoute en boucle;<br /> <br /> Get up and fight ne mérite pas d'exister tellement il est navrant.
Répondre
A propos de papasfritas69

papasfritas69







La Critique Sous-Marine

LCSM







Musique de Pub

Musique de pub

Playlist 2024
Newsletter
32 abonnés
Derniers commentaires