Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Critique Selon Moi
3 octobre 2021

POND – 9 (2021)

Pond - 9

 

 

 

 

  

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Groupe australien, actif depuis 2008, qui a la particularité de compter en son sein un membre actuel, Jay Watson, et un ancien membre, Nick Allbrook, des immenses Tame Impala. Trois musiciens complètent le line-up, Jamie Terry, Shiny Joe Ryan et James Ireland.  

 

De quoi parle-t-on ? :

Le groupe poursuit son cheminement vers un monde où l’electropop est la tendance dominante.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Une bonne moitié de l’album se complait dans la langueur, le reste en revanche incite fortement au mouvement.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Les australiens peaufinent encore un peu plus leur aisance harmonique.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Les tubes America’s Cup et Pink Lunettes devraient faire exploser la notoriété des Pond.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé

L’electropop, aujourd’hui orientation préférée des australiens, est un style qui se fond parfaitement dans le moule de la compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter (8)

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Depuis le virage de fluidité harmonique pris en 2015 sur le brillant Man It Feels Like Space Again, les australiens de Pond ne cessent d’affirmer leur propension pour les choses de l’electropop. Le groovy 9, qui comme son nom l’indique est déjà leur neuvième album studio, confirme encore un peu plus cette tendance mélodique.  

Le très pop Song For Agnes nous plonge d’emblée dans l’atmosphère angélique de ce nouvel opus. Le rock psychédélique fait une brève apparition sur le bouillant Human Touch, avant que le single America’s Cup ne glisse sur les flots de la synthpop à la poursuite du tube imparable. La langueur gagne alors du terrain sur le mélancolique et aérien Take Me Avalon I’m Young. A la manière un brin exaltée des regrettés Happy Mondays, le combo de Perth voit la vie en rose avec le dansant Pink Lunettes. Ce nouvel exercice finalement assez court varie ainsi les plaisirs jusqu’à son terme et propose en guise de conclusion la mélopée du sublime Toast.

Du psychédélisme d’antan, il ne reste guère aujourd’hui que le dessin hypnotique de la pochette de ce 9. Mais ce que les Pond ont perdu avec le temps en originalité est maintenant largement compensé par cette maitrise sans faille des ambiances electropop.

 

 

Rechercher un titre de Pond sur

 

Commentaires
A propos de papasfritas69

papasfritas69







La Critique Sous-Marine

LCSM







Musique de Pub

Musique de pub

Playlist 2024
Newsletter
32 abonnés
Derniers commentaires