Kunzite - Visuals

 

 

 

 

  

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Duo américain composé du multi-instrumentiste Mike Stroud, par ailleurs moitié du combo new-yorkais Ratatat, et du musicien et chanteur Agustin White, de son côté aussi membre d’Abuela, side-project d’Evan Mast… autre moitié de Ratatat.

 

De quoi parle-t-on ? :

Rock solaire, tantôt synthétique, tantôt psychédélique, qui a évidemment quelques accointances avec le travail des divins Ratatat.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Le style groovy est habité par le démon de la danse.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Même si l’on prend un grand plaisir à écouter cet album à l’infini, la fluidité harmonique est le maître-mot de chacune de ces mélodies.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Style qui a quelques arguments à faire valoir pour accrocher le grand public.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé 

Un rock entêtant et simpliste, mâtiné de boucles synthétiques, calibré pour l’étroitesse de la compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine (9)

 

Peut-on faire un bon album seulement avec la moitié d’un Ratatat ? L’américain Mike Stroud, via son projet Kunzite, répond positivement à cette question avec le groove du sublime Visuals.

Toujours accompagné de son compatriote Agustin White, le new-yorkais amplifie aujourd’hui sensiblement sa vision si singulière du rock. Le style Ratatat est évidemment présent sur les entêtants Novas et Jupiter, mais la pop psychédélique de Flux, le rock kaléidoscopique des fabuleux Halohead et Frosty, et l’electropop du dansant Lemon Swayze ou du funky Azurite, dominent maintenant plus largement les débats. Plus abouti que le premier essai du duo, Birds Don’t Fly, Visuals déroule son rock synthétique et ses vocalises solaires dans une atmosphère psychédélique joliment hallucinatoire.

Les fans de Ratatat vont évidemment adorer les boucles enchanteresses de Visuals. Mais Kunzite n’est pas qu’un basique projet parallèle, il ébauche au contraire brillamment les contours métronomiques du rock de demain.

 

 

Rechercher un titre de Ratatat sur