David Bowie - Toy

 

 

 

 

 

 

  

 

 

Après la sortie à la fin de l’année 2021 du luxueux coffret Brilliant Adventure (1992-2001), Parlophone extrait en ce début 2022 la part dédiée à l’album « fantôme » de David Bowie, Toy.

Devant initialement sortir en 2001, l’album avait été refusé à l’époque par le label Virgin pour des raisons bassement mercantiles. Cet affront scella la rupture du divin britannique avec sa maison de disque, mais enferma de facto ledit opus dans les oubliettes du temps.

Quelques bribes au son exécrable circulèrent de-ci de-là sous le manteau, alimentant au passage la soif d’objets collectors des nombreux fans du grand David. Derrière une pochette pour le moins étrange, l’album est enfin mis sur le marché dans son intégralité à titre posthume. Les chansons n’étaient pas à proprement parler nouvelles puisque le londonien revisitait alors, accompagné de son groupe de scène, ses titres méconnus des années 60 sortis pour la plupart avant l’avènement en 1969 du fabuleux Space Oddity. Ces morceaux originels et un brin primaires, déjà ordinaires dans les sixties, ne se métamorphosent malheureusement pas en chef-d’œuvre après leur passage dans la lessiveuse pop-rock de la fin du siècle dernier. Mais même sans grand attrait, un album de David Bowie nous réserve toujours quelques grands moments, sur la pop psychédélique de You’ve Got A Habit Of Leaving et de Karma Man, sur le rock échevelé de Can’t Help Thinking About You, ou encore sur la langueur folk de Shadow Man et de Silly Boy Blue.     

Toy n’est certes pas le plus grand album de David Bowie et ne modifie en rien notre perception sur l’artiste, mais son aisance harmonique et la voix inoubliable du légendaire britannique stimulent sans encombre notre fibre nostalgique.