Red Hot Chili Peppers - Unlimited Love

 

 

 

  

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Groupe Américain, actif depuis 1983, dont le line-up est aujourd’hui identique à celui de l’époque de son mythique album Blood Sugar Sex Magik. Le chanteur Anthony Kiedis est donc accompagné des musiciens John Frusciante, Flea et Chad Smith.

 

De quoi parle-t-on ? :

Bien que le style soit aujourd’hui très policé, les Américains reviennent un peu au funk rock qui fit jadis leur gloire.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Le mid-tempo règne sur cet opus, mais lorsque le rythme s’emballe le groove devient alors insoutenable.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

La musicalité est le fil conducteur de cet éclectisme musical.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Avec ce nouvel album, les Américains n’auront pas de mal à entrainer derrière eux leurs nombreux suiveurs.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé

Un rock limpide et surproduit qu’il est facile d’apprécier dans la compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter (7)

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Le line-up du légendaire Blood Sugar Sex Magik étant à nouveau aux commandes, les Red Hot Chili Peppers recomposent avec Unlimited Love un funk rock plus en adéquation avec leur histoire.

Les six cordes du brillant John Frusciante, trop longtemps absentes, redonnent un coup de boost à ce style musical en voie de banalisation. Le new-yorkais pose d’emblée sa marque sur le solo de guitare du tubesque et mélancolique Black Summer. Le rock entre en fusion dans le chaudron de l’incandescent et groovy Here Ever After. Le chant d’Anthony Kiedis, toujours aussi percutant, joue avec les notes sur le funk d’Aquatic Mouth Dance. Une heure et quart de musique, avec parfois quelques égarements, mais aussi une alternance des savoir-faire qui remet dignement en selle le combo de Los Angeles. Que ce soit dans la ferveur rock de The Great Apes ou de These Are The Ways, dans le crossover pop de Poster Child ou d’It’s Only Natural, ou encore dans la langueur de Not The One ou de Veronica, rien ne semble vraiment résister aux cinquantenaires Américains.

Les grands moments des Red Hot Chili Peppers font certes partie du passé, mais lorsque, à l’instar d’Unlimited Love, un nouvel album est à son avantage, il est alors savoureux de lui prêter attention.