Top 2021-1

L’étrangeté rock aura été la bande son de cette difficile année 2021. Les expérimentations divines des Squid, des Black Country, New Road, des Black Midi ou des Low auront accompagné le chaos ambiant. La beauté et la tristesse folk ont aussi trouvé leur place dans ce monde de noirceur avec l’angélique Lael Neale, les discrets The Antlers ou encore le génial James Blake. Mais ce bilan 2021 se place aussi sous le signe de l’éclectisme avec entre autres l’electro psychédélique des Limiñanas et de Laurent Garnier, les boucles synthétiques d’Evan Mast et la pop lumineuse des Britanniques d’Arab Strap.   

Bien entendu, comme rappelé à chaque fois, cette liste est non exhaustive et totalement subjective…

 

Les Meilleurs 

Top 2021-1

LOW – Hey What

Réduit aujourd’hui à ses deux seuls membres fondateurs, Low opère, après presque trente années d’existence, une mue salutaire. A l’instar du grandissime Double NegativeHey What invite une nouvelle fois l’auditeur dans une expérience harmonique hors du commun.

 

SQUID – Bright Green Field

Certains vont adorer, d’autres vont détester, mais la musique des Squid ne laisse de toute façon pas l’auditeur indifférent. Pour peu que ce dernier ne lâche pas Bright Green Field lors des premières écoutes, l’expérience harmonique peut alors s’avérer phénoménale.

 

LAEL NEALE – Acquainted With Night

Les éminences grises du paradis, abreuvées à l’envi de musique beaucoup trop païenne, décidèrent un jour de rétablir l’harmonie céleste en produisant leurs propres mélodies. La mission fut confiée à l’ange protecteur de l’état de Virginie, Lael Neale. Le résultat dépasse aujourd’hui toutes les attentes avec les arpèges délicats du chef-d’œuvre Acquainted With Night.

 

BLACK COUNTRY, NEW ROAD – For The First Time

Si ce monde apocalyptique devait se choisir une bande son, les Black Country, New Road pourraient sans problème poser leur candidature et défendre les vertus du rock angoissant du fabuleux For The First Time.

 

FRANCIS LUNG - Miracle

Jamais un album n’aura aussi bien porté son nom, un véritable petit Miracle se produit effectivement lorsque la pop lumineuse et émouvante de Francis Lung effleure l’oreille de l’auditeur.   

 

KING GIZZARD & THE LIZARD WIZARD – L.W.

Mais où s’arrêteront donc les King Gizzard & The Lizard Wizard, non contents depuis une dizaine d’années d’étaler l’insolente abondance de leur production discographique, voici qu’ils se permettent aujourd’hui d’offrir avec le monumental L.W. une œuvre majeure du rock.

 

E.VAX – E.VAX

Armé de gimmicks imparables propres à réveiller le démon de la danse, Evan Mast, brillamment portée par le projet E.VAX, rayonne sur l’electropop extraordinaire de son second opus en solo.

 

ARAB STRAP - The Turning Of Our Bones

Après plusieurs lustres d’absence, la pop synthétique et la poésie mélancolique de As Days Get Dark extirpent enfin le duo écossais Arab Strap des tréfonds de l’oubli.

 

THE ANTLERS – Green To Gold

Après l’excellent Familiars, sorti en 2014, et leur séparation un an plus tard, l’on pensait que les Américains de The Antlers avaient malheureusement tiré un trait sur leur trop discrète carrière. Mais l’espoir renaît aujourd’hui avec le folk mélancolique du sublime Green To Gold.

 

IDLES - Crawler

Après avoir appliqué la politique de la terre brûlée sur leurs trois premiers albums, les Idles, avec le nuancé Crawler, perdent indéniablement une partie de leur force de frappe, mais font preuve en échange d’une salutaire subtilité et ouvrent en grand les portes de leur avenir.

 

Les Outsiders 

Top 2021-2

LIMINANAS/GARNIER - De Película

L’alliance de la techno entêtante de Laurent Garnier et du garage rock salement amoché des Limiñanas ne pouvait qu’être explosive. Le trio avec l’incandescent De Película embrase littéralement l’atmosphère et laisse trainer derrière lui une redoutable odeur de soufre.

 

XIU XIU – Oh No

L’esprit torturé de Jamie Stewart fait une nouvelle fois des merveilles. Après l’incompréhensible Girl With Basket Of Fruit, le superbe Oh No remet un peu d’ordre dans le désordre baroque savamment élaboré par les extravagants Xiu Xiu.  

 

SHAME – Drunk Tank Pink

Après le détonant Songs Of Praise, les Britanniques de Shame prennent à nouveau d’assaut notre espace sonore avec le rock sans concession de Drunk Tank Pink.

 

JAMES BLAKE – Friends That Break Your Heart

Toujours dans la mélancolie synthétique du R’n’B et de la soul, James Blake offre avec Friends That Break Your Heart le prolongement mélodique du sublime Assume Form.

 

KUNZITE - Visuals

Peut-on faire un bon album seulement avec la moitié d’un Ratatat ? L’américain Mike Stroud, via son projet Kunzite, répond positivement à cette question avec le groove du sublime Visuals.

 

ORCHESTRE TOUT PUISSANT MARCEL DUCHAMP - We’re Ok. But We’re Lost Anyway

Le collectif helvète Orchestre Tout Puissant Marcel Duchamp confirme une nouvelle fois sa propension pour le crossover de la musique classique, du free jazz et du rock. Le fantastique We’re Ok. But We’re Lost Anyway est certainement aujourd’hui sa plus belle réussite.

 

VILLAGERS – Fever Dreams

Après la pop aérienne de l’excellent The Art Of Pretending To Swim, les Villagers reviennent aux plaisirs de la folk-music sur le précieux Fever Dreams. Toujours blotti derrière le songwriting merveilleux de Conor O’Brien, le combo irlandais étale sur ce déjà cinquième opus sa maitrise parfaite de la diversité harmonique.

 

LA FEMME - Paradigmes

Un vent de synthpop radieux et rafraîchissant souffle sur Paradigmes, troisième opus du combo français La Femme. Les originaires de Biarritz obtiennent aujourd’hui sans conteste le titre honorifique de locomotive de la pop hexagonale.

 

COURTNEY BARNETT - Things Take Time, Take Time

L’australienne Courtney Barnett gomme les intonations bruitistes et les imperfections lo-fi de son passé et s’élève aujourd’hui dans l’apesanteur rock du divin Things Take Time, Take Time.

 

THE NOTWIST – Vertigo Days

Le sublime Vertigo Days expose à nouveau les Notwist à la lumière. Si cet opus a de nombreuses qualités, l’on retiendra principalement celle qui nous renvoie quelques temps après la sortie de l’immense Neon Golden, période où il semblait que les Allemands représentaient alors l’avenir du rock indépendant.

 

Ils auraient aussi pu en être 

Top 2021-3

THE CORAL - Coral Island

Sur un double opus conceptuel, les Britanniques de The Coral nous content l’histoire de Coral Island, lieu où la pop radieuse croise la route de la mélancolie folk et de la country-music.

 

BLACK MIDI - Cavalcade

Animateur d’une tendance fantasque très en vogue outre-Manche, les Black Midi malmènent une nouvelle fois les schémas harmoniques les plus établis. Le débridé Cavalcade est le digne successeur du surprenant Schlagenheim.

 

DAMON ALBARN - The Nearer The Fountain, More Pure The Stream Flows

Absent en solo depuis la sortie du brillant Everyday Robots en 2014, Damon Albarn fait un retour magistral avec la pop aérienne et classieuse de The Nearer The Fountain, More Pure The Stream Flows.

 

DARKSIDE - Spiral

Après avoir impressionner ses pairs en 2013 avec la noirceur synthétique du sublime Psychic, le duo américain Darkside revient enfin hanter notre espace sonore avec Spiral, nouvelle source protéiforme de tourments harmoniques.

 

THE GO! TEAM – Get Up Sequences Part One

Le combo britannique The Go! Team peaufine son sens de la fête avec le groove insoutenable de son nouvel opus, Get Up Sequences Part One.

 

LEONIE PERNET – Le Cirque De Consolation

Léonie Pernet est aujourd’hui une artiste majeure de la scène hexagonale… mais de celle de l’electro ou de la chanson française ? L’excellent Le Cirque De Consolation semble indiquer que pour l’instant il n’est pas nécessaire de choisir.

 

GEESE - Projector

Inspirés d’un peu tous les courants de la vague néo punk-rock qui enflamme aujourd’hui les îles britanniques, les Américains de Geese sortent un premier opus aux horizons multiples, le brillant Projector.

 

SNAIL MAIL - Valentine

Trois ans après le sublime Lush, Snail Mail s’engouffre dans la brèche pop sur Valentine. Si les textes post-adolescents évoquent plutôt les blessures du cœur, les notes solaires de ce second opus prédisent quant à elles un avenir radieux à la très jeune américaine.

 

BRYAN'S MAGIC TEARS - Vacuum Sealed

Des Jesus And Mary Chain jusqu’aux My Bloody Valentine, en passant par les Primal Scream ou encore les Boo Radleys, la décoction musicale préparée par les Bryan’s Magic Tears sur le divin Vacuum Sealed ajoute une pièce maitresse à l’édifice de la nostalgie rock.

 

SUFJAN STEVENS & ANGELO DE AUGUSTINE – A Beginner’s Mind

L’américain Sufjan Stevens s’associe à son compatriote Angelo De Augustine pour produire A Beginner’s Mind, recueil incontournable de pépites folk.

 

Ils ne sont pas les meilleurs cette année mais comme souvent ne déçoivent pas

Top 2021-4

LIARS - The Apple Drop

Le délirant Angus Andrew, toujours sous son alias Liars, enlève pour un temps sa camisole de force et dans un éclair de lucidité effleurent de très près, avec le sombre et fabuleux The Apple Drop, le graal de la perfection harmonique.

 

GODSPEED YOU! BLACK EMPEROR - G_d’s Pee AT STATE’S END!

Les larmes du désespoir et du courroux s’abattent sur les jours heureux du rock avec le septième album des canadiens de Godspeed You! Black Emperor, le désenchanté G_d’s Pee AT STATE’S END!.

 

SLEAFORD MODS – Spare Ribs

Sur Spare Ribs, la recette gagnante des Sleaford Mods ne change guère, des boucles synthétiques simplistes assénées comme des uppercuts et une puissance vocale qui, tel un direct du droit, finit d’assommer l’auditeur.

 

KINGS OF CONVENIENCE – Peace Or Love

Après douze longues années d’absence, les Kings Of Convenience se remettent enfin à l’ouvrage avec la folk-music du lumineux Peace Or Love. Loin de toute agitation et dans la plus grande des intemporalités, les Norvégiens poursuivent leur cheminement vers le sommet de l’Olympe harmonique.

 

WAVVES – Hideaway

Avec Hideaway, les Américains de Wavves se délestent d’une part non négligeable de leur excentricité, mais retrouvent en revanche les vertus de l’efficacité rock.

 

TORRES – Thirstier

Après quelques détours synthétiques, l’Américaine Torres revient à l’urgence rock brulante de la période Sprinter sur son cinquième opus, le mordant Thirstier.

 

TY SEGALL – Harmonizer

Toujours influencé par le rock lourd des années 70 et 80, Ty Segall use de quelques artifices synthétiques pour rajeunir aujourd’hui son heavy-metal old school. Le californien atteint avec le gigantesque Harmonizer le niveau stratosphérique du sublime Manipulator.

 

PARQUET COURTS – Sympathy For Life

Aujourd’hui référence incontournable de l’indie-rock américain, les Parquet Courts reviennent sur le devant de la scène avec Sympathy For Life, septième essai aux contours mélodiques hétéroclites.

 

LANA DEL REY – Chemtrails Over The Country Club 

Si l’insondable tristesse qui enceint aujourd’hui le monde devait être accompagnée d’une bande sonore, les complaintes du magnifique Chemtrails Over The Country Club en feraient alors certainement partie. Le chant de la sirène Lana Del Rey nous entraine encore et toujours dans les profondeurs abyssales du désespoir.

 

SLEATER-KINNEY – Path Of Wellness

Le bouillant Path Of Wellness est l’une des plus belles pièces de la discographie des Sleater-Kinney et sans doute le meilleur album des légendes de l’indie-rock américain depuis leur reformation en 2014.