E

 

 

 

  

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Projet solo du multi-instrumentiste américain Evan Mast, par ailleurs moitié avec son acolyte Mike Stroud du combo new-yorkais Ratatat.

 

De quoi parle-t-on ? :

Electropop mâtinée de guitare rock, qui rappelle évidemment parfois le travail des américains de Ratatat.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

La puissance du groove est une arme maniée à merveille par chacun des membres de Ratatat.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Derrière la beatbox omniprésente, les harmonies sont tout simplement fabuleuses.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Le public est friand de ces musiques capables de le faire instantanément bouger.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé 

Style synthétique urbain plutôt adapté aux affres de la compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine (9)

 

A croire que leurs horloges internes étaient synchronisées ! Les deux membres de Ratatat ont mené leurs projets parallèles de concert. Après Mike Stroud et son pendant artistique Kunzite il y a à peine un mois, voici aujourd’hui la pop synthétique d’Evan Mast, brillamment portée par le projet E.VAX.

Mais quelle que soit la forme de leurs travaux, il faut dire que ces deux-là en connaissent un rayon en manipulation de beats, de dosage groovy et d’assemblage harmonique. Cet opus éponyme ne faillit pas à la règle. Armé de gimmicks imparables propres à réveiller le démon de la danse, Evan Mast lance les hostilités avec les percussions entêtantes de Rabindra. L’ombre de Ratatat s’immisce évidemment parfois dans certaines de ces mélodies, sur l’électropop langoureuse de Karst ou encore de What About You. Mais le natif de Cleveland, trop malin pour se contenter d’une pâle resucée, explore aussi d’autres voies, la techno minimaliste d’Always et de Little Lung, l’electro-rock caribéen de Manila, le folk synthétique d’Anything At All, ou la synthpop addictive de Pretty Good et de New Words.

L’on sait maintenant que le génie de Ratatat n’appartient pas à un seul de ses membres, mais qu’il est équitablement partagé entre Mike Stroud et Evan Mast. Après le psychédélisme jubilatoire de Kunzite, E.VAX répond du tac au tac avec l’electropop extraordinaire de ce second album en solo.

 

 

Rechercher un titre de E.VAX sur