Son Lux - Tomorrows II

 

 

 

  

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Groupe américain, actif depuis 2008, axé autour de sa tête pensante, Ryan Lott, accompagné des musiciens Ian Chang et Rafiq Bhatia.

 

De quoi parle-t-on ? :

Dans la continuité harmonique de la première partie, les Son Lux haussent un peu le tempo de leur dreampop et relancent le chantier de leurs expérimentations.    

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Une seconde partie légèrement plus percutante que la première, qui permet parfois de battre la mesure.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Les arpèges sont toujours aussi beaux, mais le cheminement harmonique torturé demeure assez difficile à appréhender de prime abord.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

L’approche harmonique, souvent mélancolique et ténébreuse, n’est pas de nature à attirer le grand public.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

La compression altérera grandement la puissance harmonique de cet ensemble.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter (8)

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Après une première partie déjà fort attrayante, les américains de Son Lux montent en puissance sur le second tiers de leur triptyque Tomorrows.

Dans une structure plus complexe que sur le volet initial, les new-yorkais errent d’emblée dans les ténèbres sur les plaintifs Warning et Molecules. Le combo entrevoit la lueur pop sur les bancals Prophecy et Live Another Life. Le synthétisme syncopé, effet préféré de Ryan Lott, rythme les percutants Leaves et Bodies. Après l’interlude Out Of Wind, l’album atteint son point d’orgue avec l’addictif Apart. Le trio replonge finalement dans la sphère ambient et se prive de la voix divine de son mentor sur les apathiques Weight Of Your Air et Borrowed Eyes.

Si, comme constaté entre les parties I et II, le niveau des différents volets de Tomorrows va crescendo, celui du volume III devrait alors être exceptionnel. L’espérance des Son Lux de vivre demain dans un monde où régnerait la fraternité et l’empathie semble utopique, mais admettons que leur manière de mettre en musique cette attente est quant à elle fort convaincante.