Caribou - Suddenly

 

 

 

  

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Projet solo de l'auteur, compositeur et interprète canadien Daniel V. Snaith, actif depuis le début des années 2000. Il est à noter que le natif de l'Ontario, avant d’utiliser le patronyme de Caribou, avait sorti deux albums sous l’alias Manitoba.

 

De quoi parle-t-on ? :

Recueil un brin bancal de musiques électroniques qui va de la langueur à la drum’n’bass, en passant par la synthpop et le R’n’B.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Si la langueur et le minimalisme font partie de ses atouts, Caribou sait aussi attirer l’auditeur sur le dancefloor.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Devenu expert de la synthpop, Dan Snaith maitrise aujourd’hui parfaitement la science de la musicalité.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Quelques tubes en puissance, mais une tendance à la « fausse note » qui pourrait rebuter le grand public.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Malgré les sonorités un peu bancales, le propos synthétique se fond assez bien dans le moule de la compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine (9)

 

Cela faisait six ans que l’on attendait la suite du sublime Our Love, sous son alias Caribou, Daniel Snaith comble enfin son auditoire avec un nouvel album à géométrie variable, le fantasque Suddenly.

Une entame dans le minimalisme loufoque de Sister, suivie de l’electropop expérimentale et sucrée de You And I, puis du hip-hop bancal et joué au piano de Sunny’s Time, Suddenly démarre décidément sous les meilleurs auspices. Après à peine trois morceaux, le songwriting et le chant divin de Daniel Snaith font déjà forte impression. Mais le canadien ne s’arrête pas là, il explore encore le R’n’B sur les tubesques New Jade et Home, la synthpop colorée sur les addictifs Lime et Like I Loved You, la drum’n’bass sur les dansants Never Come Back et Ravi, et la beauté de la langueur sur les lumineux Magpie et Cloud Song. Selon sa recette musicale habituelle dont il garde farouchement le secret, le natif de l’Ontario n’oublie bien sûr pas de saupoudrer l’ensemble d’une dose féérique de déraillements harmoniques.  

Le laboratoire de recherche de Caribou ne cesse donc d’être en ébullition. Ce cinquième opus studio (ou septième si l’on intègre ceux de Manitoba, voire dixième si l’on greffe aussi ceux du projet Daphni) est la nouvelle merveille électronique imaginée par l’esprit ingénieux et un brin torturé de Daniel Snaith.