Requin Chagrin - Sémaphore

 

 

 

 

 

 

  

 

De qui parle-t-on ? :

Musicienne et chanteuse française, active depuis 2015, de son vrai nom Marion Brunetto.  

 

De quoi parle-t-on ? :

Retour au début des années 80, à l’époque de la naissance de la new-wave hexagonale d’Indochine ou de Taxi Girl, le tout emballé dans un revival shoegaze cher au combo new-yorkais The Pains Of Being Pure At Heart.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Quelques moments enlevés, mais un emballage lo-fi qui incite au mieux à battre la mesure.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Les mélodies sont certes accrocheuses, mais il faut un certain temps pour décrypter les paroles de Requin Chagrin.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

L’approche musicale un peu brouillée n’attirera vraisemblablement pas les foules.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Enregistrement lo-fi où l’on a beaucoup de mal à percevoir le chant de Marion Brunetto. Pour ne pas amplifier ce phénomène, il est conseillé d’éviter la compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter (7)

-          Il tourne en boucle sur ma platine

 

Dans une sorte de rendu lo-fi, où sa voix semble géographiquement être à des kilomètres de sa musique, Requin Chagrin fait remonter à la surface la nostalgie de l’époque où Indochine et Taxi Girl posaient les bases du post-punk à la française.

La similitude avec les premiers pas des interprètes de Bob Morane est certes assez patente, mais alors dans une version où Nikola Sirkis aurait embauché aux guitares le britannique Kevin Shields, mentor des mythiques My Bloody Valentine. Le son pleureur de la musique de Requin Chagrin rappelle les grandes heures du mouvement shoegaze, et bien sûr de son incontournable chef-d’œuvre, Loveless. Tout ceci ne semble donc pas très original, me direz-vous ? Écoutez alors le talent de composition, le spleen intense et l’interprétation sans faille de Marion Brunetto sur le single Sémaphore, l’entrainant Mauvais Présage ou encore sur le langoureux Nuit, sûrement changerez-vous alors d’avis !

Après un premier opus assez confidentiel, Requin Chagrin sort aujourd’hui de sa coquille avec la noisy-pop lumineuse et addictive de Sémaphore.