James Blake - Assume Form

 

 

 

 

 

 

 

  

De qui parle-t-on ? :

Musicien et chanteur anglais, actif depuis 2009, de son vrai nom James Blake Litherland.  

 

De quoi parle-t-on ? :

Le britannique s’éloigne aujourd’hui du minimalisme synthétique et de l’obscurité pour aborder les thèmes plus « joyeux » du R’n’B.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Tout ceci demeure assez lent, mais l’approche R’n’B de certains titres permet malgré tout de battre la mesure.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Le britannique intègre quelques singles accrocheurs et s’éloigne de la construction torturée de ses précédents opus.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Avec ce nouvel album addictif, James Blake devrait changer de statut dans l’esprit du grand public.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Le chant soul fantastique du britannique interdit à lui seul le recours à la compression.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en boucle sur ma platine (9)

 

Après le sombre The Colour in Anything, le londonien James Blake revient avec un quatrième opus aux éclatantes sonorités R’n’B.

L’album démarre dans la langueur soul de l’éponyme et sublime Assume Form. James Blake élargit aujourd’hui son panel d’invités et profite de ces collaborations pour densifier sa palette de compétences harmoniques. Les rappeurs américains Travis Scott et Metro Boomin sur le single R’n’B Mile High, Metro Boomin une nouvelle fois avec le soulman californien Moses Sumney sur l’addictif Tell Them, plus surprenante la participation de la chanteuse espagnole Rosalia, habituellement assez loin de cet univers musical, sur le lascif Barefoot In The Park et enfin l’américain André 3000, moitié avec son compère Big Boi du célèbre duo Outkast, sur l’entrainant Where’s The Catch ?. Lorsque le britannique est « seul » réapparaissent alors les spectres du dépouillement synthétique et de la mélancolie. Cette propension pour le désenchantement s’accorde notamment avec les divins Into The Red, I’ll Come Too et Lullaby For My Insomniac.

Avec cet Assume Form moins abrupt qu’autrefois, James Blake entrouvre une petite porte salvatrice vers les bienfaits de la lumière et ajoute une nouvelle pièce maitresse à sa parfaite discographie.