Angus & Julia Stone - Angus & Julia Stone

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Duo Australien, actif depuis 2006, composé de la chanteuse et musicienne Julia Stone et de son frère Angus.

 

De quoi parle-t-on ? :

Folk-rock axé cette fois vers le grand public, dans une forme proche de celle d’Of monsters and men.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

Le duo a un peu lâché les chevaux et chaque chanson est interprétée avec un entrain qui permet de battre la mesure.  

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Les chansons dépouillées et mélancoliques des albums précédents demandaient un certain nombre d’écoutes avant d’être pleinement appréciées. Sur ce nouvel opus, les mélodies sont des instantanés pop assimilables dès la première audition.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Ce nouvel opus est rempli de singles potentiels à la Big jet plane : A heartbreak, My word for it, Grizzly bear, Little whiskey, …   

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Le succès aidant, ce style un peu vieillot bénéficie d’une production assez monstrueuse et moderne. L’écoute en format compressé ne pose donc pas de problème.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en  boucle sur ma platine

Le succès, un peu par surprise il faut le dire, du single Big jet plane a semble-t-il parasité les nouvelles compositions du duo Australien. Le folk intimiste de Down the way s’est transformé en une folk-pop radieuse, richement instrumentée, suffisamment calibrée et rythmée pour le passage en radio.

Les amateurs d’un folk un peu autiste pousseront des cris d’orfraie et se sentiront trahis. Les autres, certainement les plus nombreux, rallieront avec joie cette nouvelle orientation, certes moins « indépendante », mais finalement toujours aussi lumineuse. Là où Down the way ne proposait que deux ou trois singles éventuels, ce nouvel album éponyme s’affiche comme une usine à tubes où chaque mélodie peut défendre sa chance dans les hit-parades du monde entier.

Sous l’enrobage pop, fait pour attirer le gogo, on retrouve toujours, dans la famille Stone, cette immense maitrise dans l’écriture de folk songs capables de nous transporter dans un road-movie… peut-être sur les routes du bush Australien.