Parquet courts - Light up gold

 

 

 

 

 

 

De qui parle-t-on ? :

Quatuor Américain composé des frères Savage Andrew et Max, accompagnés de Sean Yeaton et Austin Brown.

 

De quoi parle-t-on ? :

Garage-rock tendance punk avec un son lo-fi assez brouillon.

 

Rythme :

-          Je me suis endormi dans mon fauteuil

-          Ne me perturbe pas quand je lis en même temps

-          Mes pieds se mettent à bouger

-          Je me lève et je fais la danse de l’épaule

-          Mes enfants sautent comme des cabris dans la pièce

On se laisserait bien emporter dans un petit Pogo sur Master of my craft ou Borrowed thymes.

 

Accessibilité :

-          Après plusieurs écoutes je n’ai toujours pas saisi la mélodie

-          Plusieurs écoutes sont nécessaires avant d’apprécier la mélodie

-          Mélodie agréable mais sans aspérité

-          Les refrains entrent directement dans ma tête

-          Que des hits taillés pour les stades

Il est avant tout nécessaire de faire le tri entre le côté noisy et les mélodies.

 

Audience :

-          Musique que madame me demande de réécouter

-          Peut-être écouté en famille sans déranger madame

-          Madame s’en va quand je l’écoute

-          Tellement bizarre que je fais attention d’être seul pour l’écouter

-          Tellement bruyant que mes voisins ne me parlent plus

Trop brouillon et bruitiste pour plaire au grand public.

 

Qualité audiophile :

-          J’ai l’impression que c’est mon voisin qui écoute l’album

-          Le format MP3 n’altérera pas trop l’écoute

-          S’écoute impérativement en format non compressé (CD ou autre)

Rock simpliste avec un chant éructé, facile d’écoute en MP3. Attention tout de même à la migraine en cas d’écoute prolongée, surtout sous un casque.

 

Conclusion :

-          Je l’ai écouté une fois mais c’est une fois de trop

-          Après plusieurs écoutes j’ai du mal à m’y faire

-          Je l’écoute facilement mais sans émotion

-          J’ai beaucoup de plaisir à l’écouter

-          Il tourne en  boucle sur ma platine

Parquets courts se gausse d’avoir enregistré cet opus en trois jours… et bien cela s’entend. Il est clair que l’on n’est pas en présence d’un groupe pointilleux sur les arrangements en studio, demandant à longueur de temps de refaire tel ou tel prise. Light up gold est enregistré dans la même urgence que ce rock crasseux et sauvage, ne pouvant restituer son côté live et bordélique qu’en une seule prise. A défaut d’originalité, les New-yorkais transmettent à merveille l’énergie positive et l’explosivité de ce brûlot.  

deezer

 

http://www.deezer.com/album/6473195